Constatant l’impact grandissant d’Airbnb sur le marché locatif, notamment pour les studios et les T2, une équipe de Bordeaux a décidé de mettre en ligne (voir site) des données pour comprendre l’airbnbisation des villes françaises. L’exemple des Hauts-de Seine est éclairant sur l’ampleur de ce phénomène.

La rentabilité des locations Airbnb étant bien meilleure que celle d’une location classique, des propriétaires n’hésitent pas à ne pas renouveler les baux locatifs pour développer une offre Airbnb.

Dans les Hauts-de-Seine, cet observatoire dénombrait, au mois d’avril, 2 921 chambres et   9918 appartements entiers à louer répartis ainsi :

 

Chambres Logements entiers
Antony 90 145
Asnières 143 581
Bagneux 67 120
Bois-Colombes 50 148
Bourg-la Reine 39 52
Boulogne-Billancourt 291 1750
Châtenay-Malabry 34 49
Chatillon 46 95
Chaville 32 72
Clamart 68 146
Clichy 201 579
Colombes 147 267
Courbevoie 208 736
Fontenay-aux-Roses 42 58
Garches 18 38
Issy-les-Moulineaux 164 594
La Garenne-Colombes 47 147
Le Plessis-Robinson 21 42
Levallois-Perret 138 793
Malakoff 105 206
Marnes-la-Coquette 3 12
Meudon 52 176
Meudon-la-Forêt 3 1
Montrouge 123 443
Nanterre 158 277
Neuilly 121 858
Puteaux 115 471
Rueil-Malmaison 85 199
Sceaux 31 55
Sèvres 65 121
Saint-Cloud 14 61
Suresnes 105 286
Vanves 61 255
Vaucresson 7 23
Ville-d’Avray 11 23
Villeneuve-la-Garenne 16 39
Total 2 921 9 918

 

Cette pratique impacte les jeunes, les personnes seules et les familles modestes. De plus elle accélère l’augmentation des prix des loyers et du foncier.

On ne peut que remarquer que les plus gros pourvoyeurs d’appartements Airbnb (Boulogne-Billancourt, Neuilly, Levallois-Perret, Courbevoie) sont des communes carencées en logement sociaux…