En 2017, 3 204 logements sociaux ont été agréés dans les Hauts-de Seine pour un objectif de 4 704 logements. On peut nourrir des inquiétudes pour 2018  avec des objectifs encore plus ambitieux (4 901 logements) alors  que la loi ELAN a brisé l’élan des bailleurs.

La dynamique souhaitée n’est pas là. De plus si l’objectif de production est presque atteint pour les PLS (95%), il n’en est pas de même pour celle des PLUS (45% de l’objectif) et des PLAI (60%)

On relève aussi que près de la moitié des logements agréés l’ont été dans des communes SRU. Les communes carencées sont au contraire très en retard sur leur feuille de route. Ainsi alors qu’elles devraient en « produire » 8 238 sur la période 2017-2019, seul 17.4% du chemin a été parcouru la 1ère année. Et ce taux est encore plus faible en ce qui concerne les PLAI (15.2%).

Encore faut-il avoir à l’esprit que le financement d’une opération ne signifie pas que le logement sera effectivement produit. Aujourd’hui le taux moyen de réalisation par rapport aux agréments serait de l’ordre de 85% en Ile-de-France.

Par contre, on peut noter la progression des opérations en VEFA  dans le 92 : 1 213 logements en 2016, 1 786 en 2017.

Au total  au 1 er janvier 2017, le  parc social  des  Hauts-de-Seine n’aura augmenté que de 1 508 logements sur la dernière année pour  atteindre 203 280 logements.